Pretty Funny Vintage, ma boutique de rêve

En décembre, je suis partie aux Etats-Unis. J’ai passé Noël en famille, à bouloter toute la journée dans une ambiance festive. Le 24 décembre, lendemain de mon arrivée, avec mon compagnon nous sommes allés nous promener à Tarrytown, dans l’état de New-York (c’est juste à côté de Sleppy Hollow, où est née la légende du cavalier sans tête).

Nous étions en voiture lorsque je vois un panneau « pretty funny vintage », tout ovale, avec une bicyclette en dessous et en arrière-plan, une magnifique petite maison jaune layette, typiquement américaine. J’ai répondu non lorsque mon compagnon m’a demandé s’il voulait qu’on s’arrête puis lorsqu’il a insisté « tu es sûre, je peux me garer là », j’ai changé d’avis et j’ai dit oui. Et j’ai eu bien fait !!!

Après avoir monté quelques marches en bois, nous sommes arrivés sous l’appentis de la maison qui abritait une vieille table entourée de ses chaises et d’un buffet rustique remplis de vieux pots. La porte en bois, en double battants, donnait sur une entrée fermée avec un sol pavé de mosaïque splendide !!! (je suis fana des carrelages et mosaïques. Une maison pourra avoir tout pour elle, si le carrelage est moche, ça gâche tout. Au contraire, une maison avec des vieux carrelages de ciment, malgré son papier peint moche, sera magnifique). Dans ce petit hall, il y avait un pupitre pour marquer son adresse mail afin de recevoir des nouvelles du magasin.

.

Après avoir passés ce hall, on rentre dans la maison, et là, j’ai fondu. En  face de moi, il y avait un petit meuble où se trouvait une assiette remplie de petits biscuits fait maison et de quoi se désaltérer. L’air sentait les épices, la cannelle et l’on entendait de la musique de Noël. Un peu vous savez comme dans les téléfilms gnan-gnan que diffuse M6 en décembre, où on se dit « nan mais ça, c’est du cinéma, ça n’existe pas ce genre de boutique ! ». Et bien moi, je l’ai trouvé !!

Derrière ce meuble recouvert de gourmandises, il y avait une cheminée… splendide. Avec un manteau de bois sculpté, immense (au moins 1,70 m) et entre les deux colonnes, des carrelages émaillés vert bouteille avaient été posés.

.

C’est le genre de boutique où on a la farouche impression d’être un éléphant dans un magasin de porcelaine. Tout était mis en valeur, précieusement,  avec délicatesse et amour. Comme c’était la période de Noël, il y avait (en vente) des décorations vintage superbes et très fragiles (l’éléphant, rappelez-vous), notamment les boules creusées et colorées. Une petite anecdote à propos de ça. Ma cousine Maud partage avec moi l’amour du vintage et de ces fameuses boules de Noël. Elle est au courant des tendances actuelles et c’est elle qui m’a dit d’en acheter si j’en trouvais, que ça revenait à la mode etc. Bref. Un jour, elle en trouve sur une brocante (nous étions ensembles) et les achète. Rentrée chez elle et trouvant que les décorations étaient sales, elle décide de les laver. NE FAÎTES JAMAIS ÇA !!! La peinture est une peinture à l’eau, qui s’enlève en un rien de temps ! Je pense qu’elle en a presque pleuré. Finalement, elle a jeté ses décos (moi je les aurais bombé ou autre, c’est la forme qui est aussi intéressante !) et m’a prévenu de ne jamais mettre d’eau sur ces boules. A la boutique vintage de Tarrutown, une boule était vendue 8$. De quoi pleurer lorsqu’on la casse ou si on la passe sous l’eau.

.

A l’étage où nous sommes rentrés, étaient présentés les décorations de Noël, les bijoux vintage, les cartes postales etc. Au sous-sol il y avait les objets émaillés, les tampons de bois, les affiches, la décoration, la vaisselle et les vêtements (avec les valises, pour les transporter !). Là encore, la décoration était trop belle et les cabines d’essayage m’ont donné des palpitations.

.

Je n’ai évidemment pas pu m’empêcher d’acheter deux petites affiches vintage (années 60) carrées, aux motifs d’enfants qui jouent, que je mettrais en vente dans ma boutique lorsque j’aurai trouvé de quoi les encadrer. J’ai également prêché pour ma paroisse en espérant échanger un jour avec la propriétaire (échanger des mots, des objets etc. ^^).

Ce fut l’un des meilleurs moments du séjour. Je suis sûre que l’état de New York regorge encore de ces petites boutiques qui essaient comme moi, de sauver et de mettre en valeur notre patrimoine culturel. Vous vous doutez bien que mon rêve (du moment!) c’est d’avoir une boutique dans ce genre!

Petite note avant de finir cet article : la boutique vend également des objets imitant les objets vintage ou des articles de créateurs.

Je partage avec vous les différents liens concernant cette boutique que j’adore.
https://prettyfunnyvintage.com/
https://www.facebook.com/prettyfunnyvintage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *